château de Salses

Château de Salses

Le château de Salses, aujourd’hui Musée d’histoire de Salses, est situé au nord de la ville de Salses, au pied des Corbières, surplombant la plaine du Roussillon et l’ancienne route qui reliait Perpignan à Narbonne, en suivant l’ancienne Via Domitia.

Histoire du château de Salses

Il est mentionné pour la première fois dans un document de l’année 1047, appartenant à l’époque aux comtes du Roussillon. Mais Alfonso II d’Aragon, qui avait hérité du comté de Roussillon et donc du château de Salses, chargea l’abbé de La Grassa (ou Lagrasse) de fonder, sur le site occupé par la vieille ville de Salses, une ville nouvelle, à laquelle il accorderait des franchises et des privilèges.

En 1285, elle résista héroïquement, mais en vain, aux croisades de Philippe III de France lors de la croisade contre la couronne d’Aragon appelée par le pape Martin IV.

Pour la forteresse actuelle, construite entre 1497 et 1503, le constructeur castillan Ramiro López s’est inspiré de la tradition des châteaux castillans, en y incorporant tous les progrès de l’artillerie de l’époque, ce qui a entraîné l’enfoncement du château dans le sol et l’utilisation de bastions capables de résister à la technologie de l’artillerie du début du XVIe siècle, pour laquelle il disposait de grandes ressources. Le plan est rectangulaire, mesurant 115 x 90 mètres, réparti en trois espaces concentriques et protégé par un fossé de 15 mètres de large et de 7 mètres de profondeur.

A l’intérieur de l’enceinte, il y a un terrain de parade, la maison du gouverneur, la chapelle (dédiée à Saint Sébastien, austère, avec un fronton et des pilastres sur l’autel), la prison, les écuries et le palais royal.

La construction du nouveau château a été ordonnée par Ferdinand le Catholique pour renforcer la frontière de la Catalogne avec le royaume de France. Auparavant, en 1496, le vieux château et la ville avaient été rasés et mis à sac par les troupes françaises sous le commandement du maréchal de Saint-André.

L’ouvrage fut achevé en 1505, mais sous le règne de Charles Quint, lorsqu’il devint un point clé dans les confrontations militaires constantes avec la France, il fut équipé de nouvelles et importantes défenses.

Pendant la guerre de Trente Ans, la garnison se rend en juin 1639 à l’armée de Louis XIII de France. À la fin de cette année-là, entre septembre et janvier 1640, le vice-roi de Catalogne, comte de Santa Coloma, réussit à obtenir la reddition de la garnison française commandée par le gouverneur Espenan. Malgré le succès de l’opération, cela n’a pas empêché la rupture définitive entre les Catalans et Philippe IV d’Espagne, qui a conduit quelques mois plus tard (1640) à la guerre des Faucheurs.

Les Français assiègent à nouveau le château et en 1642, ils prennent définitivement le contrôle de la forteresse. Avec le Traité des Pyrénées (1659), qui met fin à la guerre entre la France et l’Espagne, la frontière franco-espagnole est déplacée d’une cinquantaine de kilomètres vers le sud, perdant ainsi une grande partie de son importance militaire. Cependant, le maréchal Vauban, qui voulait initialement le détruire en raison de sa position au pied de la montagne, l’a conservé et l’a amélioré. Elle a servi de prison, notamment pour deux complices de la célèbre Marquise de Brinvilliers.

Plus tard, il a été transformé en poudrière et, pendant la guerre civile espagnole, a servi de refuge.

Selon le livre de Cobos, Fernando et De Castro, José Javier Salsas et la fortification transitoire espagnole, cette forteresse a été construite avec un ingénieux système de contre-mines, avec des puits dans chaque tour ou bastion, où la nappe phréatique était contrôlée visuellement. Ce système ingénieux, en plus d’avertir de la tentative de minage, a rendu impossible l’opération au moment de l’inondation de la mine. Ces auteurs considèrent le constructeur Ramiro López comme un génie de la Renaissance.