sculpture en bronze d'Aristide Maillol

Aristide Maillol

Aristide Joseph Bonaventure Maillol (8 décembre 1861 – 27 septembre 1944) était un sculpteur, peintre et graveur français.

Biographie d’Aristide Maillol

Maillol est né à Banyuls-sur-Mer, dans le Roussillon. Il décide très tôt de devenir peintre, et s’installe à Paris en 1881 pour étudier l’art. Après plusieurs candidatures et plusieurs années de pauvreté, son inscription à l’École des Beaux-Arts est acceptée en 1885, et il y étudie sous la direction de Jean-Léon Gérôme et d’Alexandre Cabanel. Ses premières peintures montrent l’influence de ses contemporains Pierre Puvis de Chavannes et Paul Gauguin.

Gauguin encourage son intérêt croissant pour les arts décoratifs, intérêt qui conduit Maillol à se lancer dans le dessin de tapisseries. En 1893, Maillol ouvre un atelier de tapisserie à Banyuls, produisant des œuvres dont la haute qualité technique et esthétique lui vaut d’être reconnu pour le renouvellement de cet art en France. En 1895, il commence à réaliser de petites sculptures en terre cuite et, en quelques années, sa concentration sur la sculpture l’amène à abandonner son travail de tapisserie.

En juillet 1896, Maillol épouse Clotilde Narcis, une des employées de son atelier de tapisserie. Leur fils unique, Lucian, est né en octobre de la même année.

La première grande sculpture de Maillol, Une femme assise, a été réalisée d’après le modèle de sa femme. La première version (au Museum of Modern Art de New York) est achevée en 1902 et rebaptisée La Méditerranée.

Maillol, croyant que  » l’art ne réside pas dans la copie de la nature « , en produit une seconde version, moins naturaliste, en 1905. En 1902, le marchand d’art Ambroise Vollard offre à Maillol sa première exposition.

Le sujet de presque tous les travaux de Maillol à maturité est le corps féminin, traité avec un accent classique sur les formes stables. Le style figuratif de ses grands bronzes est perçu comme un précurseur important des simplifications plus importantes d’Henry Moore, et son classicisme serein a établi une norme pour la sculpture figurative européenne (et américaine) jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Josep Pla a dit de Maillol :

 » Ces idées archaïques, grecques, ont été la grande nouveauté que Maillol a apportée dans la tendance de la sculpture moderne. Ce qu’il faut aimer des anciens, ce n’est pas l’antiquité, c’est le sens de la nouveauté permanente et renouvelée, qui est due à la nature et à la raison ».

Parmi ses importantes commandes publiques, on peut citer une commande de 1912 pour un monument à Cézanne, ainsi que de nombreux monuments de guerre commandés après la première guerre mondiale.

Maillol a été membre du jury avec Florence Meyer Blumenthal pour l’attribution du Prix Blumenthal (1919-1954), une bourse destinée aux peintres, sculpteurs, décorateurs, graveurs, écrivains et musiciens.

Il réalise une série d’illustrations sur bois pour une édition des Eclogues de Vergil publiée par Harry Graf Kessler en 1926-27. Il a également illustré Daphnis et Chloé de Longus (1937) et Chansons pour elle de Paul Verlaine (1939).

Il meurt à Banyuls à l’âge de quatre-vingt-trois ans, dans un accident de voiture. Alors qu’il rentrait à la maison pendant un orage, la voiture dans laquelle il était passager a dérapé et s’est renversée. Une importante collection d’œuvres de Maillol est conservée au Musée Maillol à Paris, qui a été créé par Dina Vierny, modèle et compagnon platonique de Maillol pendant les dix dernières années de sa vie. Sa maison, située à quelques kilomètres de Banyuls, où se trouve également sa dernière demeure, a été transformée en un musée, le Musée Maillol Banyuls-sur-Mer, où sont exposées un certain nombre de ses œuvres et de ses esquisses.

Trois de ses bronzes ornent le grand escalier du Metropolitan Opera House de New York : Summer (1910-11), Vénus sans armes (1920) et Femme à genoux : Monument à Debussy (1950-55). La troisième est la seule référence de l’artiste à la musique, réalisée pour un monument à Saint-Germain-en-Laye, lieu de naissance de Claude Debussy.

Ses principales réalisations

  • Action in Chains (1905)
  • Flore, nue (1910)
  • L’Été sans bras (1911)
  • Nymphe (1930)
  • La Montagne (1937)
  • L’Air (1938)
  • La rivière (1938-43)