radars automatiques pyrenees orientales

Les Pyrénées-Orientales de nouveau « sous les radars »

Hors d’usage depuis près de deux ans, les radars sont à nouveau fonctionnels dans les Pyrénées-Orientales. Plus sécurisées et plus performantes, ces cabines de contrôle ne font, néanmoins, pas le bonheur de tout le monde.

Une nouvelle génération de radars

Les nouveaux radars sont déjà installés au mécontentement de certains. Sous forme de radars tourelles, ces nouveaux radars sont de la troisième génération avec plus de performances que les précédents. Ceux-ci sont plus élevés, plus fins et surtout plus résistants et hautement sécurisés. À noter que l’ancien parc avait fait l’objet d’actes de vandalisme, d’incendie et de casse par la population mécontente. Des actes qui avaient été relayés par les gilets jaunes pour manifester leur mécontentement contre les limitations de vitesse.

Neuf de ces engins sont déjà installés sur les grandes artères de la ville, soit la moitié de ce qui avait été détruit. Il est prévu d’en installer d’autres encore avec des leurres en remplacement pour compléter le parc. Leur installation devrait permettre de contrôler la circulation sur une grande étendue. La présence du dispositif oblige les conducteurs à respecter en permanence les limitations. Ils ne sont plus limités à des points précis, comme c’était le cas, il y a encore quelque temps.

Ce qui est nouveau avec ces dispositifs, c’est qu’un seul peut suivre simultanément plus de 120 véhicules à double sens sur huit voies. Entre autres fonctionnalités, ils sont aussi capables de faire une nette distinction entre véhicule lourd et véhicule léger. Les captures vidéo et photos des contrevenants se font discrètement sans flash.

Des radars multifonctions

Cette génération de radars qui a reçu l’homologation pour contrôler les infractions routières est aussi conçue pour un usage multifonction. À la pointe de la technologie, des études sont en cours pour leur permettre de sanctionner des infractions à la sécurité routière, comme l’usage du téléphone au volant, le défaut de ceinture de sécurité ou encore le non-respect de la distance de sécurité, les dépassements interdits ou le franchissement des lignes continues.

Pour le moment, ces tourelles, moins connues sous le nom de Meta Fusion 2, trônent de leurs quatre mètres de haut au-dessus des routes. L’intérieur de la cabine est composé d’une antenne radar, d’une unité de traitement, d’un logiciel de gestion des infractions et des appareils photo numériques. Tout ce dispositif est complété par un flash infrarouge et une caméra qui sera plus tard utilisée pour les verbalisations.

Laisser un commentaire